Transport des patients : plus rapide, mieux suivi avec ITransport

Plus de 144 000 transports inter-services sont effectués chaque année au CHR, qu'il s'agisse de conduire un patient de sa chambre au scanner, au bloc pour une intervention chirurgicale au bloc opératoire, ou en séance de rééducation. Pour réduire les délais d'attente et éviter les dysfonctionnements, une organisation sans faille et une planification optimale sont requises. L'informatisation de ce service est un plus. Le CHR Metz-Thionville, première structure de santé dans l'Est de la France à bénéficier d'une gestion informatisée des transports de ses patients, a choisi l'application « ITransport » qui assure une traçabilité, une analyse précise des dysfonctionnements. Résultat au bout de 3 mois : une réelle satisfaction du personnel et un service plus efficace pour les patients. L'implantation sur le site de Thionville sera effective le 15 février 2010.

Plus de 144 000 transports inter-services sont effectués chaque année au CHR, qu’il s’agisse de conduire un patient de sa chambre au scanner, au bloc pour une intervention chirurgicale au bloc opératoire, ou en séance de rééducation. Pour réduire les délais d’attente et éviter les dysfonctionnements, une organisation sans faille et une planification optimale sont requises. L’informatisation de ce service est un plus. Le CHR Metz-Thionville, première structure de santé dans l’Est de la France à bénéficier d’une gestion informatisée des transports de ses patients, a choisi l’application « ITransport » qui assure une traçabilité, une analyse précise des dysfonctionnements. Résultat au bout de 3 mois : une réelle satisfaction du personnel et un service plus efficace pour les patients. L’implantation sur le site de Thionville sera effective le 15 février 2010.

Depuis 5 ans, le service de transport des patients s’est orienté vers une gestion centralisée des équipes réparties entre les plateaux techniques selon des plages horaires définies. La durée moyenne du transport est de 17 minutes décomposée en 3 phases (attente de prise en charge, durée pour se rendre auprès du patient, durée du transport). Selon les secteurs et les établissements, les modalités d’appel et d’intervention du brancardier sont cependant différentes et les demandes hétérogènes.

Sur la base d’un audit, réalisé en mai 2008, la question du transport interne est devenue un enjeu essentiel pour le CHR. Ce travail mené sur plusieurs mois a permis de définir 6 axes d’amélioration permettant une meilleure efficience du transport :
– Développer des indicateurs plus pertinents permettant d’avoir en temps réel le nombre et la nature des dysfonctionnements, le temps d’attente et la durée de la course.
– Offrir une meilleure vision du transport des patients auprès des plateaux techniques, du bloc opératoire, mais aussi des services d’hébergement en leur communiquant des informations précises.
– Responsabiliser les services de soins et les plateaux techniques.
– Localiser un patient en temps réel ainsi que l’agent de transport
– Diminuer le stress des agents du transport des patients en régulant et en planifiant la réalisation des « courses »
– Optimiser l’efficience des transports.

L’informatisation de la gestion du transport, un outil essentiel d’amélioration de la prise en charge des patients
Le logiciel ITransport, développé par la société Co Wind, se présente sous la forme d’une interface informatique (service clinique ou médico-technique / service des transports).
L’utilisateur (le soignant d’un service de soins ou d’un plateau technique) saisit sa demande de transport de manière informatique. A partir de celle-ci, les services hébergeurs et destinataires peuvent suivre sur leurs écrans la prise en compte de leur demande et la réalisation du transport.

Grâce à différents menus existants, l’utilisateur renseigne la destination, le nom et le numéro de chambre du patient, le mode de transport et l’heure du rendez-vous. La demande est transmise au brancardier via un système sans fil de type GSM ou PDA. Dès qu’un transport est terminé, le brancardier reçoit la prochaine demande de transport.

Un dispatcher automatique choisit l’agent le plus proche de la demande afin d’éviter les déplacements inutiles et contraignants.

Ce nouvel outil présente des atouts importants
– Diminution des temps d’attente des patients,
– Limitation des déplacements des soignants des services ce qui permet favoriser la continuité et l’organisation des soins directs au patient.
– Optimiser de la coordination et de la communication grâce à une information en temps réel de l’heure d’arrivée du patient ou du brancardier venant prendre en charge le patient.
– Mise en place d’indicateurs de suivi (temps moyen de transport, % de transports réalisés dans les temps, % de dysfonctionnement, Nombre de transports non réalisés, suivi individuel des modalités de courses).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.