Un nouveau centre de radiothérapie en Aquitaine

Implanté à l’hôpital du Haut-Lévêque - Groupe hospitalier Sud à Pessac, le nouveau centre de radiothérapie du CHU de Bordeaux a été entièrement pensé pour le bien-être des patients et des équipes soignantes. «Equipements High Tech, fonctionnalité, clarté, espace, accessibilité, tout a été conçu pour faciliter l’organisation du circuit patient, la performance des soins délivrés et la qualité de vie au travail » observe Alain Hériaud, Directeur général.

Implanté à l’hôpital du Haut-Lévêque – Groupe hospitalier Sud à Pessac, le nouveau centre de radiothérapie du CHU de Bordeaux a été entièrement pensé pour le bien-être des patients et des équipes soignantes.  «Equipements High Tech, fonctionnalité, clarté, espace, accessibilité, tout a été conçu pour faciliter l’organisation du circuit patient, la performance des soins délivrés et la qualité de vie au travail » observe Alain Hériaud, Directeur général.
L’humain au cœur de l’architecture et du process de soin
Le rapprochement entre la radiothérapie ses principaux services prescripteurs  tels que  la pneumologie, la chirurgie thoracique et bientôt l’hépato-gastro-entérologie renforce les synergies médicales autour du patient. De la consultation, aux soins de support (psychologues, services sociaux…) et aux associations de santé en passant par la préparation et le traitement , tous les services sont réunis en un même lieu.
Pendant de l’hyperspécialisation, la coordination entre les différents intervenants assure au patient une approche toute à  la fois experte et globale du patient. Chaque mois, les radiothérapeutes du CHU de Bordeaux participent à 90 réunions de concertation pluridisciplinaires (RCP) pour 10 spécialités différentes (système nerveux, os, thorax, ORL, digestif, dermatologie, gynécologie, urologie, système lymphatique, endocrinologie).
Des équipements biomédicaux de pointe
2 accélérateurs de particules de haute précision permettent, entre autre, d’effectuer :
–  des traitements par modulation d’intensité du faisceau
– des traitements de radiothérapie rotationnelle
– des traitements en 1 à 3 séances à fortes doses
– des irradiations cutanées totales
1 scanner de centrage
1 appareil de curiethérapie à haut débit principalement destiné au traitement des lésions gynécologiques
1 appareil de contact-thérapie (basse énergie) pour les lésions dermatologiques
Acquisition prochaine d’un équipement de radio chirurgie pour des localisations intra et extra-crâniennes
Côté développement durable
Une attention particulière a été portée au confort des usagers et du personnel, à l’éclairage naturel et à la performance thermique du bâti. A titre d’exemple, il a été mis en place une sur-isolation par l’extérieur du bâtiment pour limiter les déperditions de chaleur en hiver et des protections solaires pour limiter les apports de chaleur en été.
Enfin, pour chaque arbre coupé sur la parcelle, 1,5 arbre a été replanté.
Coût de l’investissement 20 millions d’euros dont 10,2 millions pour les travaux et 9,2 pour les équipements.

Activité 2011
1173 patients traités
22000 séances d’irradiation
97% de taux d’occupation des accélérateurs

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.