Un univers tout en douceur pour les patients de neurologie

En s’installant à Hautepierre le service de neurologie du CHU de Strasbourg s’est agrandi et compte désormais 83 lits et 14 places soit une augmentation de 30% de sa capacité. Sur 5 400 m², il regroupe l’essentiel des activités du pôle tête-cou dont pas moins de trois centres de référence, 4 unités d’hospitalisation, 2 unités d’exploration et 1 unité de consultations externes et l’hôpital de jour. Un investissement de 3,1 millions d'euros.

En s’installant à Hautepierre le service de neurologie du CHU de Strasbourg s’est agrandi et compte désormais 83 lits et 14 places soit une augmentation de 30% de sa capacité. Sur 5 400 m², il regroupe l’essentiel des activités du pôle tête-cou dont pas moins de trois centres de référence, 4 unités d’hospitalisation, 2 unités d’exploration et 1 unité de consultations externes et l’hôpital de jour. Un investissement de 3,1 millions d’euros.
Avec un taux d’occupation de 92 %, l’activité de neurologie strasbourgeoise est particulièrement intense.  En 2010 le service qui compte 120 personnels dont 16 médecins (hors internes) a accueilli plus de 9 000 patients et réalisé 14 768 consultations externes.
Pour le mieux être du patient, l’aménagement intérieur a été pensé par des designers. Dans trois unités de neurologie une intervention artistique rythme en couleur et en lumière le parcours du malade.*  Depuis 2008, les équipes se sont fortement impliquées dans la conception des lieux. Aujourd’hui, les travaux sont finis et elles apprécient leurs nouvelles conditions de travail.

Le pôle tête-cou : 3 centres de référence et 8 unités

Le Centre de référence des maladies neuromusculaires d’origine génétique de l’enfant et de l’adulte  sous la direction du Pr. Christine Tranchant. Labellisé par le Ministère de la Santé en novembre 2006, il accueille les patients des régions Alsace, de Lorraine, du Nord-Est et de tout le territoire pour des pathologies liées aux affections neuromusculaires prises en charge concernant l’enfant et l’adulte telles que les myopathies, les myasthénies, la maladie de Charcot Marie Tooth (CMT), les polyneuropathies dysimmunitaires et rares et les ataxies cérébelleuses récessives.
Le Centre de référence associé des épilepsies rares (CRéER), avec à sa tête le Pr. Edouard Hirsch. Labellisée aussi en 2006, CRéER est associé au centre de référence national coordonné par le Pr Dulac (Paris, Necker, enfants) et le Pr Baulac (Paris, Pitié Salpêtrière, adultes). Il existe deux autres centres de références partenaires, à Lille, et à Reims. Sa vocation : Améliorer l’accès au diagnostic et aux traitements des ces épilepsies rares et la prise en charge de proximité en lien avec les professionnels de santé et les établissements médico-sociaux, l’éducation nationale. CRéER fonctionne aussi comme pour les enfants atteignant l’âge adulte. Le centre initie et participe à des projets de recherche nationaux et assure une activité de formation pour les médecins, les professionnels paramédicaux
Le Centre de compétences des maladies neurologies à expression motrice et cognitive. Placé sous l’autorité du Pr. Christine TRANCHANT, il regroupe plusieurs centres de compétences affiliés chacun à un centre de référence différent. Les différentes pathologies concernées sont :
– la maladie de Huntington
– le syndrome des tics de Gilles de la Tourette
– l’atrophie multisystématisée
– les maladies neurogénétiques de l’enfant à l’adulte (dégénéresence spino cérébelleuse, dystonie et autres mouvements anormaux, maladie neurodégénérative de l’enfant)
– les démences rares et la dégénérescence cortico-basale et la paralysie supra nucléaire progressive
Les 4 unités d’hospitalisation
– l’
unité de prise en charge des maladies inflammatoires du système nerveux (Pr DE SEZE)
– l’unité de prise en charge des pathologies du mouvement et des maladies neuromusculaires (Pr Tranchant)
– l’unité neurovasculaire (UNV) (Dr Wolff, Pr Christian Marescaux)
– l’unité de prise en charge des épilepsies, qui devient médico-chirurgicale par regroupement des activités du Pr HIRSCH (3 lits de neurologie neuropsychologie comportementale hors démence, 11 lits de neurologie et épileptologie, – le Centre de Référence Epilepsies rares et 4 lits d’exploration du système nerveux central) et de 6 lits de neurochirurgie (Professeur KEHRLI).
2 unités d’exploration
– l’unité de neuropsychologie (Dr Blanc)
– l’unité d’exploration fonctionnelle du système nerveux périphérique (EMG) Dr Echaniz- Laguna et du système nerveux central (EEG/PE) (Dr Mutschler)
1 unité de consultations externes et l’hôpital de jour (Dr Fleury)
*Cette commande a bénéficié du soutien du Ministère de la culture et de la communication – Direction régionale des affaires culturelles d’Alsace, de l’Agence régionale de santé d’Alsace, de la Région Alsace, du Conseil général du Bas-Rhin, de la Ville de Strasbourg, des sociétés Biogen Idec France et Novartis Pharma S.A.S.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.