Une première médicale : la réimplantation d’un poignet

Vendredi 14 juin 2002, Eugène, 37 ans a la main sectionnée par un coutelas. Trois heures plus tard le patient est accueilli au bloc opératoire CHU de Fort-de-France. Des équipes des services de chirurgie orthopédique et cardiaque du CHU sont mobilisées sous la direction des chirurgiens : Octavio Labrada et Nayef El Takch.

Vendredi 14 juin 2002, Eugène, 37 ans a la main sectionnée par un coutelas. Le SAMU appelle le CHU de Fort-de-France. Trois heures plus tard le patient est accueilli au bloc opératoire.
Des équipes des services de chirurgie orthopédique et cardiaque du CHU sont mobilisées sous la direction des chirurgiens : Octavio Labrada et Nayef El Takch. Quatre interventions furent nécessaires soit au total plus de 17 heures de travail de haute précision effectuées sur une durée de cinq jours.

Si aujourd’hui Eugène se porte bien et parvient à remuer les doigts et le poignet, c’est bien sûr grâce à la cohésion de toute une équipe, à la compétence des praticiens mais aussi à une heureuse concordance des circonstances : le coutelas a sectionné la main de façon nette, le délai de six heures a pu être respecté de même que la consigne de transport de la main coupée. Suivant les recommandations du SAMU celle-ci a été placée dans un sac plastique puis introduit dans un autre sachet contenant de la glace.

Les traumatismes de la main : un problème de santé publique en Martinique
Une telle réussite fut saluée par les médias locaux. « Cette intervention démontre toute l’utilité de la création récente d’une unité fonctionnelle de chirurgie de la main et du membre supérieur dirigée par le Dr Olivier Delattre, praticien hospitalier. » commente Annie Ramin, Directeur Général du CHU. Tout en se réjouissant d’un tel succès, elle saisit cette occasion pour annoncer la prochaine étape : la création d’une structure « SOS MAIN » en Martinique qui prendra en charge les traumatismes de la main dont l’incidence reste particulièrement élevée sur l’île : 3 à 5 000 plaies de la main par an.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.