Urgences-Smur : succès de la 1ère filière du GHT de la Vienne

« La filière urgences-Smur symbolise toute la réussite du groupement hospitalier de territoire (GHT) de la Vienne » souligne le Pr Olivier Mimoz, chef de service des urgences-Samu-Smur du CHU de Poitiers et coordonnateur de cette filière au sein du GHT. Ce qui a changé : la fin des logiques de structures avec une équipe commune composée d’une cinquantaine de médecins urgentistes en équivalents temps plein intervenant sur les 4 sites d’accueil d’urgences et de SMUR qui assure la permanence des soins.
« La filière urgences-Smur symbolise toute la réussite du groupement hospitalier de territoire (GHT) de la Vienne » souligne le Pr Olivier Mimoz, chef de service des urgences-Samu-Smur du CHU de Poitiers et coordonnateur de cette filière au sein du GHT. Ce qui a changé : la fin des logiques de structures avec une équipe commune composée d’une cinquantaine de médecins urgentistes en équivalents temps plein intervenant sur les 4 sites d’accueil d’urgences et de SMUR qui assure la permanence des soins. Ces praticiens partagent les protocoles et utilisent des équipements identiques, ils vont bénéficier de formations communes et qui vont pouvoir participer à la recherche médicale.  "On ne fait plus appel aux médecins intérimaires depuis le mois de novembre et il n’y a plus de trous dans les plannings", ajoute le Dr Jean-Yves Lardeur, chef des urgences à l’hôpital de Châtellerault. De plus, le fait de travailler sur plusieurs sites est bien accepté par les praticiens. 
« La filière urgences-Smur est une des toutes premières mises en place avec les filières périnatalité et cardiologie » indique Jean-Pierre Dewitte, directeur général du CHU. Nous sommes en avance car c’est un projet sur lequel nous collaborons depuis des années avec nos partenaires. » « On a toujours beaucoup travaillé ensemble, soutient le Dr Jocelyn Barrier, président de la commission médicale d’établissement du groupe hospitalier Nord-Vienne. Nous sommes très favorables à la mise en place de ce GHT qui va nous aider à gérer la problématique du recrutement médical et à harmoniser nos pratiques. »
Créé au 1er juillet 2016, le groupement hospitalier de territoire (GHT) de la Vienne regroupe six établissements autour du CHU de Poitiers (Poitiers, Montmorillon et Lusignan) à savoir : le groupe hospitalier Nord-Vienne (Châtellerault et Loudun), les Ehpad de « La Brunetterie » à Sèvres-Anxaumont, « Les Châtaigniers » à Chauvigny, « Les Capucines » à Civray et « Théodore-Arnault » à Mirebeau et un établissement partenaire, « La Colline ensoleillée » à la Roche-Posay, établissement de soins de suite et de réadaptation. Il vise à établir une stratégie publique de coopérations entre tous les établissements sanitaires et plusieurs établissements médico-sociaux du département, afin d’offrir à la population une parfaite égalité d’accès aux soins.
 « Le GHT est un pas considérable au service des patients. En mettant en commun les compétences intellectuelles et le matériel médical, il va permettre de lutter contre les inégalités territoriales en termes de santé publique, pour que l’ensemble du territoire soit couvert de la même façon. » se félicite Alain Claeys, président du conseil de surveillance du CHU de Poitiers. L’objectif des GHT est en effet de créer un projet médical partagé qui vise à décrire l’offre de soins sous la forme de filières de soins organisées, afin que la population puisse mieux se repérer dans ses parcours de santé : urgences-Smur, périnatalité, cardiologie, prise en charge de l’obésité sévère chez l’adulte, prise en charge des polytraumatisés graves, accident vasculaire cérébrale, santé publique (centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic) ou encore biologie.
Les membres du GHT ont jusqu’au 30 juin 2017 pour finaliser le projet et ainsi asseoir une stratégie commune des hôpitaux publics de la Vienne.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.