Vertèbre fracturée et réparée par chirurgie robotique mini-invasive, une 1ère européenne à Nancy

Au CHRU de Nancy, un jeune homme de 36 ans victime d’un traumatisme du rachis lombaire ayant entraîné une fracture complexe d’une vertèbre, a bénéficié d’une nouvelle approche réparatrice chirurgicale robotique, le 9 août 2019. L'utilisation du robot a facilité l’implantation d’un fragment osseux iliaque et d’une prothèse afin de réparer sa vertèbre endommagée. A un mois de recul, l’état de ce patient a été jugé excellent.

Au CHRU de Nancy, un jeune homme de 36 ans victime d’un traumatisme du rachis lombaire ayant entraîné une fracture complexe d’une vertèbre, a bénéficié d’une nouvelle approche réparatrice chirurgicale robotique, le 9 août 2019. L’utilisation du robot a facilité l’implantation d’un fragment osseux iliaque et d’une prothèse afin de réparer sa vertèbre endommagée. A un mois de recul, l’état de ce patient a été jugé excellent.
Cette procédure innovante permet d’accéder au rachis par des incisions de quelques millimètres alors que jusqu’à présent les chirurgiens pratiquaient une ouverture importante de l’abdomen, associée à une mobilisation des viscères, de l’aorte abdominale et d’autres vaisseaux. Cette chirurgie lourde avait des conséquences potentiellement délétères sur les suites opératoires.
Cette prouesse a été rendue possible grâce à la collaboration des équipes du CHRU de Nancy – neurochirurgie (Pr Thierry Civit, Dr Nacer Mansouri), chirurgie vasculaire (Pr Sergueï Malikov, Dr Nicla Settembre) et les équipes de Marseille (AP-HM), Hôpital de la Timone (neurochirurgie, Pr Stéphane Fuentes).

Une intervention réalisée avec le robot chirurgical Da Vinci installé au CHRU de Nancy

Depuis 2016, les travaux pour mettre au point une nouvelle technique robotique de réparation ont été menés à l’Ecole de Chirurgie de Nancy, une des plateformes de l’Hôpital Virtuel de Lorraine. Référence en France et en Europe en matière de formation et de recherche multidisciplinaire, la structure fondée par le CHRU de Nancy, l’Université de Lorraine et l’Institut de Cancérologie de Lorraine, y excelle dans les activités mini-invasives & robotiques. Les équipes de Nancy et de Marseille ont ainsi bénéficié de cet environnement unique pour tester toutes les étapes opératoires et d’imagerie complexes sur les modèles expérimentaux disponibles.
Le travail collaboratif de longue haleine s’est prolongé  par une transition vers la clinique et a débouché sur la conception d’une nouvelle approche mini invasive robotique pour la réparation sans ouverture de l’abdomen des vertèbres atteintes par un processus de destruction d’origine traumatique, dégénérative ou tumorale.
La technique robotique mini invasive ouvre la voie au traitement radical d’autres lésions du rachis d’origine infectieuse, dégénérative, traumatique complexe ou cancéreuse comme des métastases. Les prochaines interventions sont d’ores et déjà programmées. Une première évaluation permettra à terme d’étendre la pratique chirurgicale à plus grande échelle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.