Victoires de la médecine 2007 : 2 projets du CHU de Limoges finalistes

Les 6èmes Victoires de la médecine se dérouleront à Paris le 13 décembre 2007 au Casino de Paris devant un public averti d'acteurs du monde médical et soignant. Sur les 134 dossiers présentés par vingt-six CHU, 25 ont été retenus pour être finalistes dans l'une des 8 catégories du prix. Deux des lauréats potentiels sont des équipes du CHU de Limoges.

Les 6èmes Victoires de la médecine se dérouleront à Paris le 13 décembre 2007 au Casino de Paris devant un public averti d’acteurs du monde médical et soignant. Sur les 134 dossiers présentés par vingt-six CHU, 25 ont été retenus pour être finalistes dans l’une des 8 catégories du prix. Deux des lauréats potentiels sont des équipes du CHU de Limoges.

Les Victoires de la médecine récompensent les innovations des équipes hospitalo-universitaires dans six catégories « médicales » : Cancérologie, Cardiologie-métabolisme, Spécialités chirurgicales, Prévention-santé publique, Technologie, Spécialités médicales, et deux catégories « soins infirmiers» : le prix de l’innovation dans la qualité des soins et le prix de l’innovation dans l’information-formation-éducation.

Les sociétés savantes partenaires de l’événement et des représentants des spécialités concernées ont sélectionné 19 finalistes pour les 6 prix médicaux, et 6 pour les 2 prix « soins infirmiers ». Parmi ces nominés, deux projets sont présentés par des équipes du CHU de Limoges.

Le projet présenté par l’équipe du Pr Pierre Marquet, responsable du service de pharmacologie biologique et pharmacocinétique et de l’Unité INSERM 850 (U850), intitulé «Personnalisation du traitement immunosuppresseur après transplantation» est nominé en catégorie médicale, sous l’item «spécialités médicales». Il est en compétition avec deux projets présentés par le CHU d’Angers et par l’hôpital Ambroise Paré.

Lors de la cérémonie du 13 décembre, un jury de professionnels du monde de la santé sera équipé de boîtiers électroniques pour voter et désigner le lauréat dans chacun des prix médicaux.

La seconde nomination pour le CHU de Limoges, revient au projet «Espace bien-être»
Celui-ci est présenté par le Pr Descottes, président de la commission médicale d’établissement et chef du service de chirurgie viscérale et transplantations (où a été créé cet espace dédié ; un second est en cours d’installation sur l’hôpital de la mère et de l’enfant), et les deux personnels de cet espace : Sandrine Guillot, sophrologue-relaxologue diplômée en soins esthétiques et Caroline Roussin, infirmière formée aux soins esthétiques.
« L’espace bien-être » est nominé en catégorie « Soins Infirmiers », sous l’item « innovation dans la qualité des soins».
Un projet présenté comme les deux autres finalistes de cette catégorie, dans un supplément spécial du numéro d’Infirmières magazine du mois d’octobre, dont le lectorat est appelé à voter pour désigner les lauréats de ces prix.
Les résultats seront connus dès le 26 octobre mais les prix seront remis le 13 décembre, lors de la cérémonie officielle.
Le CHU de Limoges félicite ses équipes déjà d’avoir obtenu, par ces places de finalistes, la reconnaissance de la profession dans leur capacité à innover.

Le CHU de Limoges
Le CHU de Limoges présente une capacité totale d’accueil de plus de 2000 lits et places, répartis sur 5 établissements : l’hôpital Dupuytren, l’hôpital Jean Rebeyrol, l’hôpital Dr Chastaingt, l’hôpital du Cluzeau et l’hôpital de la mère et de l’enfant. L’ensemble des spécialités médicales et chirurgicales courantes et spécialisées sont regroupées en 14 pôles d’activité. Le CHU de Limoges accueille en moyenne 1 560 patients par jour, et disposait en 2006 d’un budget d’exploitation de 394 M€ et d’un budget d’investissement de 29,5 M€. Son activité hospitalière s’enrichit d’une mission d’enseignement qui lie le CHU à la faculté de médecine dont il est « l’hôpital d’application ». Le CHU forme aussi chaque année 700 professionnels dans ses 7 écoles. Nombre des praticiens du CHU de Limoges sont aussi enseignants et chercheurs. A ce titre, deux de ses équipes ont été labellisées Inserm en 2006 et 2007.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.